AMÉRIQUES,  MEXIQUE,  TDM

Holbox, paradis ou déception ?

Après quelques jours à Bacalar puis Playa del Carmen (ville très touristique et sans grand intérêt, c’est pour cela qu’il n’y a pas d’article dédié), nous arrivons sur l’île d’Holbox.

Ahhhh Holbox, ça fait des années que nous en entendons que du bien. Alors, nous avions hâte de découvrir cette île située au large de Cancun pour nous faire notre propre avis.

Nous sommes restés 3 nuits à Holbox et le verdict est mitigé !

Non, Holbox n’est pas un coup de cœur. On vous explique tout !

Nous arrivons sur l’île et découvrons les rues de sable et inondées de l’île. Ces fameuses. Apparemment c’est normal, c’est souvent le cas. Mais après 3 jours et de fortes chaleurs, les rues étaient toujours autant inondées bien qu’il n’ait pas plu. Nous n’avons pas compris d’où venait toute cette eau.

Les plages

Playa principale

A notre arrivée sur l’île, nous allons poser notre serviette sur la plage principale. Le sable est blanc et fin. Il n’y a pas de sargasses puantes comme à Playa del Carmen (des algues envahisseuses des côtes qui sentent le souffre). L’eau n’est pas très transparente mais vous avez pied pendant un bon moment. Comme partout sur l’île. D’ailleurs, c’est peut-être davantage de la trempette que de la vraie baignade vu la profondeur.

Les bars le long de la plage donnent une ambiance sympa et assez festive à ce côté de l’île.

On attend jusqu’au coucher du soleil ! Et franchement, faites-le car vous en prendrez bien les yeux. Absolument magnifique encore ce coucher de soleil.

Punta Coco

Sur de nombreux blogs, nous avions lu qu’il fallait absolument se rendre à Playa Coco à l’est d’Holbox. Du centre, il faut compter au moins 40 minutes de marche pour vous y rendre. Vous pouvez bien-sûr prendre un taxi-quad.

Oui, la plage est belle et vous serez peinards car il n’y a vraiment pas foule. Par contre, nous avons été attaqués en pleine journée par des centaines de sand-fleas. Ces petites mouches voraces pire que des moustiques. Et avons eu plusieurs dizaines de piqûres chacun. L’horreur ! On voyait tout le monde partir. Sur le ferry de retour, on a même vu plein de personnes qui, comme nous, avait été dévorées au niveau des jambes ou des bras…

Playa Coco fait partie de la Réserve Naturelle Yum Balam. C’est dans cette réserve que vous pouvez voir les requins-baleines de mi-mai à mi-septembre mais le meilleur moment reste entre juillet et août. Vous devrez prendre un tour en bateau pour approcher ces magnifiques squales. Vous pouvez aussi observer les tortues, raies et de nombreux oiseaux.

A cause des sand-fleas, on vous recommande quand même d’aller voir cette plage qui vaut le coup d’œil mais de ne pas vous y poser avec votre serviette.

Playa Mosquito

Après la déconvenue de Playa Coco et de toutes les piqûres de sand fleas, nous avons laissé tomber la visite de Playa Mosquito. Beaucoup trop peur de revenir couverts de boutons ! Mais il parait que c’est l’endroit le plus beau de l’île

Pour aller à Playa Mosquito, aucune route ou chemin ne s’y rend. C’est pourquoi, vous devez marcher dans l’eau pendant environ 1h-1h30 pour y arriver.

La bioluminescence

L’autre attrait principal de l’île est un spectacle nocturne : la bioluminescence.

A la pointe de Punta Coco, vous avez d’un côté la mer et de l’autre une petite crique. Rendez-vous à la petite crique pour observer un phénomène hors du commun.

Il s’agit d’un plancton qui devient fluorescent la nuit lorsque la luminosité extérieure est quasiment nulle. En temps normal, vous pouvez y aller après le coucher du soleil et attendre que la lumière s’en aille.

En réalité, nous avons essayé deux fois de voir la bioluminescence mais n’avons pas été chanceux.
Du moins, la lune n’était pas en notre faveur. Et peu importe l’heure, elle émettait beaucoup trop de lumière et n’avons RIEN vu.

La lune nous a joué le même tour quand nous étions à Puerto Escondido.

Des tours sont proposés mais nous ne recommandons vraiment pas. Tout peut se faire soi-même sans perdre de l’argent via une agence. 

Notre avis sur Holbox

A force de voir sur les blogs qu’Holbox était une île paradisiaque, préservée et en somme un vrai paradis, notre esprit s’est façonné à cause des réseaux et du web. Même à idéaliser cette île. Et dans ces cas là, nous sommes souvent déçus

Et c’est notre cas !
Nous n’avons pas trouvé l’île extraordinairement belle. Elle est surtout très sale. Il y a des déchets vraiment partout lorsqu’on se balade. Parfois même des « déchetteries » à ciel ouvert. Et forcément, ça amène sont lot de déconvenues : odeurs, bêtes et dont les sand-fleas. Quel gâchis !

L’île n’est plus vraiment préservée. Toute la partie avant d’arriver à Punta Coco est en construction. Des dizaines et des dizaines d’hébergements sont en train de sortir de terre à vitesse grand V.

L’île étant déjà envahie par les déchets, on n’ose imaginer comment elle va devenir quand 2, 3, 5, 10 fois plus de touristes viendront y passer quelques jours…

Les gens ne sont pas particulièrement sympathiques et l’île est chère (transports, activités, restaurants).

Holbox n’a pas été un coup de coeur mais plutôt une déception. Dans la péninsule du Yucatan, il y a des endroits beaucoup plus jolis où vous pourrez vous attardez et privilégier à Holbox.

Où dormir ?

Isla Bonita est un agréable appart-hôtel avec de grandes chambres, une cuisine et une belle piscine. Il est situé en face de l’aérodrome. C’est-à-dire à mi-chemin entre le centre et Playa Coco.

Adresse : Calle Porfirio Diaz , esquina calle chabelina sin número, 77310 Holbox, Mexique

  • Piscine
  • Calme
  • 118€ pour 3 nuits pour l’appartement soit 40€ la nuit pour 2.

Transports

Transport Playa del Carmen – Holbox : nous avons pris la compagnie ADO depuis le terminal Alterna jusqu’à Chiquila.

Prix : 330$
Durée : environ 2h30

Ferry à Chiquila : environ 20 minutes de traversée pour 220 pesos/pers. Oui, ce n’est pas donné !

Arrivés sur au débarcadère, vous pouvez prendre un taxi-quad pour vous rendre dans votre hébergement.

Nous récupérons les parents de Thomas pour 13 jours de road trip dans la Péninsule du Yucatan et on commence par Tulum et ses environs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.