AMÉRIQUES,  MEXIQUE,  TDM

Visiter la réserve naturelle de Celestun et Merida

Izamal nous aura mis des paillettes dans les yeux. Nous prenons nos quartiers pour deux nuits à Mérida. On en profite pour fêter Noël en famille et découvrir les alentours de cette grande ville du Yucatan notamment la fameuse Réserve Celestun.

Visiter Merida

Contrairement à Valladolid, nous avons trouvé les façades de Merida défraichies et mal entretenues. C’est dommage car le centre historique pourrait avoir un bel attrait. Néanmoins, nous avons consacré une demi-journée à la découverte de la ville en elle-même.

Nous vous recommandons :

  • Place de l’indépendance
  • Palais du gouvernement
  • Cathédrale de San Ildefonso
  • Les marchés de San Benito et de Lucas de Galvez

Les cenotes aux alentours

Sur la route pour aller à Campeche, nous avons fait un détour pour découvrir le cenote X-Batun. En réalité, on en a découvert deux. A l’entrée on paye pour X-Batun et Dzonbacal. Ce sont deux petits cénotes. Rien à voir avec ceux de Valladolid par exemple.

X-Batun est le plus intéressant des deux.

Après avoir descendu un escalier, on arrive face à une étendue d’eau turquoise enclavée entre les falaises et les racines tombantes. Les nénuphars s’y plaisent à merveille. Et plein de petits poissons se font le plaisir de vous grignoter les pieds pour une fish pédicure offerte.

Concernant maintenant Dzonbacal, il est à moitié enfermé dans une grotte. Assez petit, il y avait quelques personnes déjà dans l’eau quand nous l’avons visité et n’avons pas préféré nous y baigner.

On nous avait aussi recommandé les cenotes Xlakah, Kankirixché, Cuzamal et Noh-Mozon. Mais, nous n’avions pas eu le temps de tout visiter alors il a fallu faire des choix.

La Réserve naturelle Celestun

C’est aux aurores que nous nous levons et prenons la route en direction de Celestun.

Nous voulons arriver pas trop tard pour profiter de la journée car nous n’y resterons pas dormir. De Mérida, il faut compter un peu moins de 2h de route.

Celestun est une réserve naturelle de plus de 80 000 hectares. Cette zone protégée « Réserve et biosphère » rescence plus de 230 espèces dont majoritairement des oiseaux.

Elle est connue pour abriter, une certaine partie de l’année, la plus grande colonie de flamants roses d’Amérique du Nord. Il y aurait près de 26 000 individus lors de la pleine période !

Le tour en bateau

C’est en bateau ou plutôt en lancha que vous pourrez voir les flamants roses et découvrir la biosphère de Celestun.

Vous pouvez embarquer depuis la plage principale ou depuis l’entrée du village (sur la gauche en arrivant). De nombreux guides vont vous sauter dessus pour vous proposer leur tour alors n’oubliez pas de négocier ou du moins tentez !

Nous montons dans la lancha et le premier arrêt ne se fait pas trop attendre puisque nous allons au port pour remettre de l’essence. Entre chaque berge, on observe déjà les nombreux pélicans et cormorans qui attendent sagement le retour des pêcheurs.

Le trajet longe côte du Golf du Mexique et ses plages à perte de vue.

Le bateau marque un nouvel arrêt. Cette fois-ci pas pour remettre de l’essence mais pour rencontrer les flamants roses. Nous sommes en début de saison de migration et les oiseaux arrivent tout juste.

Débarqués, nous devons prendre un tuk-tuk pour arriver au lieu. A peine 5 minutes plus tard, nous apercevons au loin les premières plumes roses ou plutôt oranges.

Et ils sont là ! Plusieurs centaines d’oiseaux. Ce moment est incroyable ! C’est tellement beau de voir les animaux dans leur habitat naturel. Ils sont chez eux et nous sommes les invités d’un instant. Par contre, entre nous, les flamants roses, qu’est-ce que ça pue !

Ces oiseaux ne sont jamais seuls. Ils aiment le contact et vivent en groupe. Chaque année, les flamants roses changent de partenaire. Enfin, la couleur rose vient de leur nourriture : les crevettes et une algue rose qui se développe dans les marais salants.

Après cette fabuleuse rencontre ailée, notre capitaine nous emmène dans la mangrove avec ses énormes termitières. Aussi, vivraient ici de nombreux crocodiles. Ils se sont fait discrets pendant notre passage mais nous avons vu beaucoup de crabes !

Ensuite, le bateau s’arrête au bord d’un ponton. Nous sommes entourés par les oiseaux qui nichent dans les arbres au-dessus de nos têtes. Nous pouvons aussi observer des remous dans l’eau. Notre guide nous explique qu’il s’agit d’un cenote relié à un autre cenote par un réseau de tunnels plus dans les terres. De l’eau qui s’échappe dans l’eau.

Enfin, le tour se termine au milieu de l’eau. L’ancre est jetée vraiment au milieu de nul part. Mais bizarrement, nous avons pied ! Cet endroit est sacré pour les mayas, puisque c’est ici, en pleine mer, qu’ils viennent faire des cérémonies de purification à l’aide du sable argileux qu’on y trouve. On ne résiste pas à se purifier aussi pour avoir une peau de bébé.

Les plages

Celestun c’est aussi une étendue gigantesque de sable blanc et une mer assez calme pour pouvoir s’y baigner et profiter d’une après-midi relax.

Où dormir ?

Nous avons loué un Airbnb vraiment super. On vous le recommande si vous êtes à plusieurs. Vous vous sentirez vraiment chez vous.

  • Super piscine
  • Décoration ++
  • Grand confort
  • Prix variable en fonction des dates choisies.

Infos pratiques !

Cenotes X-Batun/Dzonbacal :
Prix de l’entrée pour les 2 cenotes : 100 pesos/pers (=4,30€) (ce qui est plutôt raisonnable pour 2 cenotes).

Il y a des vestiaires pour se changer. Par contre, la durée sur place est limitée.

Réserve Celestun :
Tour en bateau : 400$/pers (=17,15€)

Moto taxi pour les flamants roses : 20$/pers A-R (=0,86€)

Où manger ?

Pour notre repas de Noël, nous nous sommes fait plaisir et avons mangé français chez « Avec amour » ! Après 2 mois au Mexique, les saveurs de chez nous nous manquaient. Et c’était délicieux !!! Foncez-y.

On nous avait également recommandé le restaurant Picheta.

Vous pouvez aussi manger pour pas cher de la street-food au marché San Benito.

L’escale à Merida touche à sa fin. Nous reprenons la voiture de location pour quelques heures afin d’arriver dans une nouvelle région : celle de Campeche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.