AMÉRIQUES,  MEXIQUE

Huasteca Potosina, l’escale nature au coeur des cascades

Après une quinzaine de jours à sillonner les villes des régions de Guanajuato et du Michoacan, nous avions envie de nature.

La Huasteca Potosina est une destination immersive au cœur d’une nature en majorité préservée.
C’est une région où la végétation est luxuriante ce qui induit forcément un taux d’humidité aussi très haut.

Autre atout majeur de la Huasteca Potosina est toutes ses cascades, rivières turquoises et autres trous d’eau. De plus c’est une région très peu touristique. Et ça, ça nous va très bien. Les quelques touristes rencontrés étaient des mexicains et les seuls étrangers étaient un couple de français (coucou Lucas et Marion, si vous passez par là).

La région étant assez étendue, nous vous recommandons de louer une voiture afin de pouvoir explorer les plus belles cascades et d’être plus libre.

La route se fait très bien. Toutefois, attention aux nids-de-poule assez fréquents et aux dos-d’âne. Après San Luis Potosi, le paysage change au fur et à mesure. On troque les cactus pour des arbres bien verts, des herbes hautes, des pins, des fougères. Qui dit nature, dit aussi faune. On aperçoit une multitude de papillons aux diverses couleurs, beaucoup de rapaces et surtout… des grosses tarentules qui traversent la route. Tellement grosses, que parfois on dirait des crabes !

Alors, quoi faire lors d’un séjour à la Huasteca Potosina ?

Media Luna

Sur la route pour venir de San Luis Potosi à Ciudad Valles, nous nous sommes arrêtés à Media Luna.

Sachez que dans le coin la plupart (voire presque toutes) les cascades ou plans d’eau sont payants.
Media Luna n’échappe pas aux 100 pesos pour entrer.

Le lieu est assez aménagé avec des échelles, des « berges », des ponts, de quoi se restaurer. Ca perd un peu de son charme.
Pour un moment en famille ou chiller un après-midi, l’endroit peut être très bien.

Vous serez à l’ombre sous les arbres et dans une eau cristalline mais peu rafraichissante.

Bref, nous avons trouvé que c’était un peu cher pour juste se baigner. Nous pensions voir davantage qu’une piscine municipale naturelle.

El Salto, El Meco et Minas Viejas

Au nord de Ciudad Valles se trouvent deux cascades : El Salto et Minas Viejas. Comptez 2h de route pour y aller.

Nous commençons par celle qui est la plus éloignée : El Salto.
Avant d’arriver,  vous allez voir de nombreux jeunes sur les motos qui vont commencer à vous suivre. Ne prenez pas peur ! Ce sont des guides qui veulent vous vendre des tours en bateau, rafting ou autres activités aquatiques. Continuez juste votre chemin.

Quand nous arrivons à la cascade, c’est l’émerveillement. L’endroit est vraiment beau ! On fait face à de l’eau turquoise légèrement laiteuse mais assez cristalline. Des bassins d’eau se sont formés naturellement par la glaise et le calcaire. Puis on voit un mur de pierres lisses. Auparavant, le mur de pierres devait être un mur d’eau mais a priori l’usine hydraulique dévie de l’eau. Il ne reste qu’à droite la cascade que l’on voit sur les photos. C’est déjà très beau.

Venez tôt de matin car après il y a foule de touristes (mexicains) qui viennent en autocar et sortent tous avec des gilets de sauvetage. Baignez vous, profitez de ce lieu.

Nous l’avons adoré. C’est vraiment une des cascades les plus authentiques du coin.

On s’arrête ensuite à quelques minutes d’El Salto à El Meco qui est une continuité de la même rivière. Descendez les quelques marches et un petit belvédère vous attendra avec une vue sur la puissance et le débit de l’eau.

Nous y étions en fin de période des pluies et les débits étaient assez puissants partout.

30 minutes de route plus tard, nous arrivons à Minas Viejas. Et là… la visite fut plus qu’expéditive, puisqu’elle n’a pas eu lieu. La cascade était fermée pour cause de « pandémie ». Cela reste un mystère pour nous. Au-delà du gel et de la prise de température quasiment dans tous les lieux de visite, c’est la première fois que la « covid-19 » s’invite réellement dans notre itinéraire. Tant pis, nous ne visiterons pas Minas Viejas.

Pour pallier à ça, nous vous conseillons de regarder les avis Google avant de vous déplacer pour rien. Même si nous avions lu un avis posté 4 jours avant notre passage…

Tamul

Il faut compter une bonne heure de route pour vous y rendre. Quelle galère cette cascade pour y rentrer. Les guides ne parlant pas du tout anglais et notre espagnol étant très basique, cela a été très difficile de se comprendre.

Le guide nous explique que c’est l’option bateau uniquement. Nous refusons car nous voulons aller à la cascade à pied. Il nous dit alors que c’est 1000 pesos pour y aller à pied. Autant vous dire que c’est une fortune, près de 50€ ! C’est Tamul, nous ne sommes pas à Niagara Falls non plus. Demi-tour.

On trouve sur la route principale un hôtel à qui nous expliquons la situation que nous trouvons bizarre. Une employée nous rédige une lettre en espagnol et on repart voir les guides. On retrouve sur le parking Lucas et Marion, un couple de français en vacances. Et c’est reparti pour la négociation. C’est Thomas qui s’y colle. Après plusieurs longues minutes, c’est OK ! Il est obligatoire maintenant d’être accompagnés d’un guide car il y a eu plusieurs accidents par le passé. On paye 200 pesos par personne (on est loin des 1000 proposés au début), le guide nous donne un gilet de sauvetage et on remonte dans la voiture. L’entrée est gérée par une coopérative.

On emprunte un chemin de pierre bien cabossé, des trous et de la boue. On se répète « ce n’est pas le moment de crever un pneu ». On s’accroche aux poignées de la voiture et nos corps vacillent de droite à gauche pendant 20-30 minutes.

Quand on ne peut plus aller plus loin avec la voiture, on la gare au bord de l’eau. On embarque sur une lancha et on traverse le bras de la rivière en quelques secondes. Ensuite la marche commence. On longe la rivière pour arriver au-dessus de la cascade. Encore une fois le débit est impressionnant mais on ne se rend pas bien compte de la cascade.

Pour cela, on descend 100 mètres plus bas par des escaliers bien raides. Et là, c’est le vrai spectacle ! Une gigantesque chute qui s’écrase plus bas créant des remous et nous éclaboussant comme s’il pleuvait.

Dommage de voir dans les remous tout plein de déchets perdus par les touristes qui remontent le fleuve en bateau comme des bouteilles d’eau ou beaucoup de tongs. On a même vu une roue entière de voiture…

Cette cascade vaut vraiment le détour !

El Trampolin

Après Tamul, il faut reprendre la route pour 50 minutes. Nous roulons parfois à 10 à l’heure pour passer certains obstacles créés par le temps et les passages sur cette route toute cabossée.

El Trampolin vaut aussi vraiment le détour. Vous ne serez pas stupéfaits par la hauteur de la cascade. Mais par contre, il y a une multitude de petites cascades et d’endroits pour pique-niquer et se baigner.

A certains endroits il y a pas mal de courant, alors prenez au cas où un gilet de sauvage. Ils en proposent gratuitement.

Il y a aussi de quoi se restaurer sur place. Et il est possible aussi de louer des canoës pour remonter le courant. Mais bon, nous n’avons pas bien vu l’intérêt car vous êtes vite bloqués par les différentes petites chutes.

Puente de Dios

Nous avons aussi sélectionné cette cascade qui se trouve à 10 minutes d’El Trampolin. Mais nous sommes arrivés 1h trop tard. Elle ferme à 16h !

C’est un grand trou d’eau entouré de roche et de végétation. Un peu comme un cirque ou une cenote.

Sotano de las Golondrias

Nous quittons Ciudad Valles où nous avons passé 3 nuits pour passer une dernière nuit à quelques heures de route de là à Xilitla.

Nous partons aux aurores, à 5h45, pour faire le lever du soleil dans un endroit spécial.

Sotano de las Golondrias est l’un des plus grands gouffres au monde ouvert à la surface du sol. Pourquoi Golondrias ?

Golondrias veut dire hirondelles. Dans les gouffres ou les grottes, nous avons l’habitude d’en voir sortir au début du jour ou en fin de journée des chauves-souris. Ici, se sont des hirondelles. Des milliers d’hirondelles qui tourbillonnent pour remonter à la surface et s’envoler pour chasser toute la journée. Des perruches vertes nichent aussi ici. Nous avons eu la chance qu’une quinzaine s’envolent en passant juste au-dessus de nos têtes.

Le spectacle est vraiment impressionnant et ça vaut le coup de se lever tôt.

Par contre, du gouffre, vous n’aurez pas la vue sur le lever du soleil.

Il faut y être pour maximum 7h car en arrivant sur le site, il vous reste environ 20 min de descente jusqu’à l’entrée du gouffre.

Vous pouvez aussi venir en fin de journée lorsque les hirondelles rentrent au bercail.

Il est possible de vous harnacher de cordes pour voir le fond du gouffre gratuitement. Aussi, vous pouvez faire du rappel moyennant plusieurs milliers de pesos.

Maintenant, il faut tout remonter !

Jardin d’Edward James à Xilitla

Nous n’avons pas franchement aimé la ville de Xilitla, mais avons adoré notre parenthèse nature et calme au jardin de Las Pozas. C’est d’ailleurs un jardin « surréaliste » comme son nom l’indique.

Pour le visiter, il faut acheter ses places avant. Impossible d’y rentrer pour le jour-même et impossible d’acheter ses places directement sur le site.

Las Pozas a une superficie de 30 hectares environ et a été acheté par Edward James en 1947, un écrivain et poète britannique tombé en amour devant ce lieu, une ancienne plantation de café.

Dès les années 60, il a façonné ce lieu donnant vie à son imagination. Il voulait un endroit où vivre qui lui ressemble. En symbiose avec la nature et les animaux. Mêlant art et symbologie. Vous retrouverez plusieurs clins d’œil à Dali par exemple.

Vous entrez clairement dans la jungle. La végétation dense, les lianes et les fougères, l’humidité et les jolies bestioles que vous préférez voir loin de vous (sauf pour les magnifiques papillons) ! Edward James a rapporté de nombreuses espèces de plantes au cours de ses voyages à travers le monde.

Au fur et à mesure de la visite guidée, vous découvrirez les escaliers et les sculptures un peu loufoques. Il y a quelques années, tous ces édifices étaient revêtus de peinture rouge, bleu, jaune. Mais aujourd’hui la nature a repris ses droits sur la majorité du site.

Ce qui nous a le plus plu c’est le jardin et sa cascade. Avant la crise sanitaire, il était encore possible de se baigner dans la cascade. C’est depuis interdit ! Ce n’est pas plus mal car ça préserve un peu plus le lieu.

Edward James n’achèvera pas son œuvre dans sa totalité et décèdera avant la fin des travaux qu’il avait imaginé en 1984. Il se rendait à Xilitla 3 mois par an environ. Le reste du temps, les ouvriers mexicains oeuvraient en secret à la construction de son paradis.

Autres cascades :

Micos : se trouve à environ 30 minutes de Ciudad Valles mais en arrivant sur le parking, nous avons finalement décidé de ne pas y aller. Ca avait l’air d’être un lieu bondé, fait uniquement pour la baignade comme à Media Luna. L’entrée était de 100$MXN/pers.

Tomasopo : nous n’avons pas non plus choisi de faire cette cascade car elle est chère et très très aménagée à la manière presque d’un parc d’attraction.

Infos pratiques !

Media Luna :
Prix d’entrée : 100$MXN/pers (=4,25€) / parking gratuit
Adresse : Ejido el Jabali SN, 79604 Rioverde, S.L.P.

Ouverte de 8h à 18h, fermée le lundi.

El Salto : entrée gratuite.
Nous vous recommandons de vous garer le long de l’usine hydroélectrique car c’est surveillé par des gardes. Il n’y a aucun risque pour votre voiture. Ensuite marchez jusqu’à la cascade, cela vous prendre environ 5 minutes.

Pas de restriction d’horaires ou de jours.

Tamul :
Prix pour accéder à la cascade à pied : 200$MXN/pers (=8,50 €)

Taxe pour la voiture : 20$MXN (=0,85€)

Traversée de la rivière : 25$MXN/pers (=1,06€) aller-retour. Vous payez au retour.

El Trampolin :
Entrée gratuite, gilets de sauvetage gratuits.

Pas de restriction d’horaires ou de jours.

Puente de Dios :
Ouverte de 8h à 16h. Attention, elle est fermée le lundi.
Adresse : Comunidad al Cafetal Ejido La Palma, 79700 Tamasopo, S.L.P.

Sotano de las Golondrias :
Parking gratuit.

Y aller tôt, maximum 7h ou en fin de journée vers 16-17h.

Entrée à 100 pesos/pers (=4,25€)

Las Pozas :
Il est obligatoire de suivre une visite guidée. Elle aura lieu en espagnol ou en anglais. Par chance, nous étions seuls avec notre guide !

Guide espagnol : 25$ MXN/pers (=1,06€) // guide anglais : 50$ MXN/pers (=2,13€)

Tarifs : 125$MXN/pers (=5,31€). Vous pouvez réserver vos billets directement ici.
Site ouvert de 9h à 18h.

Après avoir passé quelques jours au vert dans la Huasteca Potosina, nous retournons vers Mexico City pour visiter le parc de Chapultepec et surtout faire une halte avant de prendre la route pour Puebla.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.