AMÉRIQUES,  MEXIQUE,  TDM

Chichen Itza, visiter cette merveille du Monde maya

Après la découverte de la ville coloniale de Valladolid, c’est une tout autre qui nous attend.
Tout le monde a déjà entendu parlé de Chichen Itza ou vu quelque chose à la télévision. Et… nous découvrons cette nouvelle merveille du monde mexicaine !

Chichen Itza a été découverte par John Loyd Steeven, un explorateur américain en 1841 puis classée au Patrimoine de l’UNESCO en 1987.

Nous avons décidé de prendre les services d’un guide pour nous accompagner dans la visite. Ayant déjà visité le site en 2017 sans guide, cela m’avait grandement manqué dans la compréhension de l’histoire maya. C’est un budget mais ça nous semble vraiment nécessaire si vous souhaitez comprendre le fonctionnement de la cité, des rites, des croyances, bref du monde maya dans sa globalité. Surtout que Chichen Itza est sans aucun doute, le site maya le plus connu du monde
Et Hernando nous transmet parfaitement tout son savoir pendant 2h-2h30 à travers le site.

Présentation de Chichen Itza

Chichen Itza signifie « Chi » = bouche, « Chen » = cenote et Izta était le nom de la famille principale de cette ville.

La cité sacrée fut fondée en 400 après-JC. Elle a connu son apogée entre 800 et 1200 après-JC. 

Malgré sa muraille d’environ 3m de haut pour se protéger, vers 850, les toltèques ont envahi le Yucatan prenant le règne notamment de Chichen Itza.

Les dieux

Les mayas vouaient un culte énorme à leur dieu principal Kukul Kan, le créateur. Ils avaient aussi d’autres dieux moins importants comme le dieu de la pluie, des récoltes, de la mort, etc… Kukul Kan était représenté par un oiseau serpent.

Les symboles

Il y a beaucoup de symbolisation dans le monde maya, que ce soit par les animaux, les astres ou encore les dieux.

Par exemple, le jaguar a plusieurs significations notamment celle la protection de la famille. Le serpent, quant à lui, symbolisait la protection de la santé.

Sur les sculptures de Chichen Itza, on voit beaucoup de serpents à sonnette matérialisant la terre et l’eau, la dualité entre la vie et la mort. Aussi des jaguars représentant la force et l’énergie.

Visiter les principales structures du site

La pyramide de Kukul Kan

La pyramide de Kukul Kan est la plus grande du site et surtout la plus connue. Quand on voit sur la toile une image de Chichen Itza, est mis en avant la pyramide de Kukul Kan.

Cet édifice a été construit sur une première pyramide, plus petite, mais absolument identique.

Les mayas donnaient une importance extrême aux divinités et aux astres. Ainsi, chaque détail de sa construction a une signification bien précise.

Elle comporte 9 étages. Ceux-ci représentaient les 18 mois du calendrier solaire maya sur 365j. Elle dispose de 91 marches sur chacun de ses 4 côtés car il y avait 91 jours par saison. Et les 4 côtés de la pyramide symbolisent les 4 saisons.

Enfin, le haut du temple, la dernière plateforme correspondait au dernier jour de l’année. En réalité, les pyramides mayas étaient de vrai calendrier solaire.

D’ailleurs, cette pyramide est alignée avec le Temple de Vénus qui dans l’astrologie est l’étoile polaire. Cette étoile était vénérée par les mayas.

La face principale de l’édifice est orientée vers le nord avec des sculptures de 2 têtes de serpent et de jaguar. Durant les 2 équinoxes, le soleil se reflète sur les escaliers nord et donne l’impression que le serpent prend vie.

La partie est, quant à elle, est plus morbide. Puisque les sacrifices humains d’enfants ou de vierges pour le dieu de la pluie avaient lieu ici. Dès leur naissance, les enfants et les vierges connaissaient leur sort. C’était un réel honneur pour eux et leur famille d’être des êtres sacrifiés se rapprochant ainsi un peu plus des dieux.

Le plus atypique, preuve que les mayas pensaient vraiment à tout, est si on se met exactement en face des escaliers côté nord et qu’on frappe des mains, il y a un effet acoustique. Le son ressemble au cri d’un oiseau, le quetzal.

Le temple des Guerriers

Le temple des guerriers est situé juste à côté de la pyramide de Kukul Kan. Il est constitué de 52 piliers carrés.  Ils représentent chacun un guerrier. Par conséquent, il y aurait eu 52 guerriers au sein de la cité de Chichen Itza. Jusque là, les calculs sont bons Kévin (vous avez la référence ?).
On l’appelle également la place des milles colonnes.

En haut du temple se trouve un autel de sacrifices d’où coulait le sang. Les coeurs des sacrifiés étaient retirés des prisonniers et déposés sur la statue du Messager appelé Chak Mol, une statue à la tête de jaguar.

Le jeu de balle

Le terrain de Chichen Itza est particulier puisque les matchs avaient lieu une seule fois dans l’année, le 21 mars : jour de l’équinoxe. Pourquoi cette date ? Car selon les mayas, les dieux descendaient sur terre.

Lorsque la lumière du soleil traversait la porte, le jeu pouvait commencer. 

2 équipes de 7 joueurs s’affrontaient avec des battes. Les 7 joueurs représentaient les 7 planètes.
Les capitaines, eux, jouaient avec leur corps uniquement. Le but du jeu ? Faire passer la balle de 2kgs dans l’anneau (sans qu’elle touche ni le mur ni les bords de l’anneau) situé à plusieurs mètres de hauteur.

Il était interdit aux joueurs d’utiliser les mains ou les pieds pour faire passer la balle dans l’anneau.

Les matchs pouvaient être très longs parfois plusieurs journées. Certains joueurs mourraient pendant  de fatigue ou succombaient à leurs blessures à cause de combats entre joueurs. 

A l’époque, le terrain était entièrement pavé de pierres. Cet unique match était un grand événement pour la cité sacrée. Il rassemblait des spectacles de danse, de chant et de musique. Seulement la classe noble pouvait assister au jeu de balle de mars ainsi que les prêtres. Les autres classes de la population pouvaient assister à d’autres petits jeux durant l’année.

Le capitaine de l’équipe gagnante était sacrifié par décapitation. Ca donne envie de gagner, n’est-ce pas ? 

En réalité, c’était un honneur pour le capitaine car il demeurait désormais aux côtés des dieux. 
Et le capitaine perdant devait porter la tête pendouillante du vainqueur. Les autres joueurs gagnants avaient comme promesse la vie éternelle.

Le temple des têtes

Ce temple est long de 110 mètres.

Tout autour du monument sont sculptées des têtes de morts. Il y aurait plus de 3 000 têtes. Elles représentent les personnes prisonnières sacrifiées par le peuple Itza.

Pour l’histoire, après un sacrifice, les guerriers exposaient les têtes sur la place et des cérémonies avaient lieu pendant plusieurs jours avant de les jeter dans le cenote. 

A chaque sacrifice, une tête était alors sculptée.

Le cenote sacré

Dans la culture maya, les cenotes avaient plusieurs fonctions. Ils servaient aux rites religieux sacrés, à boire et se baigner. Mais les cenotes étaient l’entrée directe dans le monde des morts. Il fallait traverser 9 niveaux pour arriver dans l’au-delà.

C’est pour cela que les mayas jetaient directement des offrandes. L’exploration des différents cenotes ont permis aux plongeurs de retrouver des bijoux, des objets en céramique mais aussi énormément d’ossements d’animaux et de sacrifices humains. D’ailleurs, le plus célèbre plongeur français : Cousteau y a plongé en 1967.

Dans la croyance, le Dieu de la pluie vivait directement dans le cenote.

Après les sacrifices des prisonniers, des enfants ou des vierges, les restes étaient directement envoyés dans le cenote.

La vie maya

Les familles transmettaient leur savoir de génération en génération. Quant au commerce, il s’organisait sous forme de troc

La famille Itza vivait autour de la place mais le reste de la population était établi à l’extérieur de la cité.

Environ 60 000 habitants ont été estimés par les archéologues dont 1 500 membres de la famille Itza elle-même.

Les Itza étaient un peuple de guerriers. Ils capturaient des prisonniers. Ces derniers devenaient leur main d’oeuvre pour construire les bâtiments et servaient aussi pour les sacrifices humains. 
En gros, valait mieux être un ami du peuple Itza qu’un de leur ennemi si on tenait à garder sa tête sur ses épaules !

L’astrologie était au cœur des croyances mayas. Tous les 52 ans, un cycle astronomique avait lieu avec l’alignement des 4 planètes Vénus, Jupiter, le Soleil et la Lune. Un cycle plus long de 5200 ans avait lieu lorsque les 7 planètes de notre système solaire étaient alignées. Le dernier long cycle a eu lieu 21 décembre 2012.

Le calendrier maya était composé de 18 mois avec un total de 360 jours + 5 jours. Ces 5 jours restants étaient considérés comme « maudits ». En effet, les villageois ne sortaient pas de chez eux pendant cette durée de peur qu’ils leur arrivent quelque chose de mauvais.

Aujourd’hui encore, on ignore pourquoi cette civilisation maya tout comme celle des aztèques s’est éteinte. Néanmoins, certaines hypothèses ont été soulevées comme la faute à une maladie épidémique, à un ordre cosmique, une rébellion/guerre. On estime la disparition de la population à Chichen Itza vers les années 1350.

Avis et conseils pour la visite

La visite de ce site archéologique est tellement intéressante. Nous vous recommandons d’arriver très tôt pour plusieurs raisons :
  • éviter « un peu » la horde de touristes,
  • mais aussi pour ne pas trop souffrir de la chaleur.

Prenez avec vous des boissons, de la crème solaire et une casquette/chapeau. 

Lors d’une visite de la Péninsule du Yucatan, Chichen Itza est vraiment une étape incontournable et un site majeur de l’histoire à visiter. 

Infos pratiques !

Entrée : comme beaucoup de sites au Mexique, les étrangers payent des frais plus importants pour entrer dans les musées ou monuments. C’est le cas pour Chichen Itza.

L’entrée de base du site coûte 80$/pers (=3,38€) auxquels il vous faut rajouter la taxe du gouvernement (payable uniquement en espèces) de 453$ (=19,15€).
Total de l’entrée : 533$/pers (=22,80€). Oui, oui, ça fait mal !
Nous avons acheté nos billets directement sur place. 

Guide : nous avons choisi de prendre un guide en français afin de vraiment tout comprendre.
Prix : 1000$ (=42,26€)

Seuls les guides en espagnol sont moins chers. Vous trouverez des guides en anglais, italien, russe, etc. à l’entrée du site.

Parking : il y a un parking à l’entrée des ruines mais il est vite rempli. Les taxis, bus, collectivos et vans de tourisme ont la priorité pour s’y garer. Même en arrivant aux aurores, nous avons dû nous garer dans un parking à l’extérieur. Certaines voitures se garent directement sur les bas-côtés mais nous n’avons pas voulu tenter le coup. 

Nous nous sommes garés dans un « vrai » parking : 70$ peu importe le nombre d’heures restées (=3€)

Photos : Si vous souhaitez utiliser à l’intérieur du site une GoPro, il vous faudra payer 150$ de plus. Cette somme est complètement aberrante car quelle est la différence entre une GoPro d’un appareil photo, d’un caméscope ou d’un smartphone ? Tout est bon pour pomper un peu plus d’argent aux touristes ! Les appareils photos et smartphones n’ont pas de taxe supplémentaire pour pouvoir prendre les photos.

Souvenirs : Vous pouvez aussi acheter quelques souvenirs à l’intérieur même des ruines. Enormément de vendeurs sont présents. Attention : les prix sont plus élevés que dans les villages alentours mais la loi de l’offre et la demande permet de bien négocier. N’hésitez pas à négocier, négocier et encore négocier ! Vous pouvez diviser les prix annoncés par 3 ou 5 parfois. L’idéal est de parler ou baragouiner un peu d’espagnol pour que les vendeurs baissent d’eux-mêmes déjà les prix initiaux. Par exemple, des sacs en toile tissée nous avait été annoncés à 500$ pour finir à 100$.

Vous pouvez retrouver les prix, tours et informations sur le site officiel

Après la visite de ce site mythique, il est temps pour nous de quitter Valladolid pour faire une pause à Izamal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.